La prévention et le traitement des maladies

décembre 2017

Chères Amies Rotariennes,

Chers Amis Rotariens,

 

Le thème du mois de décembre est « La prévention et le traitement des maladies ».

 

Sujet particulièrement d’actualité quand on pense aux « quotas » pour l’attribution de numéros INAMI, au fait que paradoxalement il y a des pénuries de médecins dans certaines régions et/ou dans certaines spécialités, au fait que même chez nous des personnes âgées doivent renoncer à certains soins par manque de moyens financiers.

Et pourtant la Belgique reste un modèle du genre en matière de soins de santé.

 

Mais nous ne pouvons rester insensibles à ce grave problème qui rend pénible, voire dramatique, la vie de millions de personnes.

 

Lorsque j’étais secrétaire général de la FMTI et comme président d’une ONG, j’ai vu en Afrique des villages où aucun médecin ne mettait les pieds ; il fallait faire des kilomètres – parfois sans moyen de transport – pour atteindre un « poste de santé ».

Au Nordeste du Brésil, j’ai vu des médecins payés pour autant de visites, refuser de soigner le suivant parce qu’ils avaient effectué leur quota et rester complètement indifférents à la détresse du malade et de sa famille.

 

Comment pouvons-nous agir ?

 

Pour nos problèmes locaux, nous pouvons sans doute aider de manières diverses et mes visites de clubs me confortent dans l’idée que localement les Rotariens sont très fertiles en solutions diverses.

C’est d’ailleurs un des aspects les plus passionnants et les plus satisfaisants dans la fonction de gouverneur.

 

Pour les grands problèmes de prévention et de traitement au niveau mondial – nous l’avons prouvé avec l’éradication de la polio – il est important de collaborer entre clubs et même entre districts.

Et sur ce point, je ne pourrai jamais assez insister sur le rôle de la FONDATION ROTARY.

Cet outil formidable est trop peu utilisé chez nous.

Les clubs sont frileux en matière de « global grants », attendant trop souvent que les initiatives viennent d’ailleurs.

 

On ne peut qualifier « d’humaine » une société qui laisse périr ses enfants par manque de soins et par absence de politique de prévention.

A chacun d’entre nous d’apporter sa pierre à l’édifice de la santé en soutenant des programmes existants au sein du Rotary ou en apportant l’aide du Rotary à des initiatives venues d’ailleurs.

 

Prouvons dans les faits que nous pouvons « faire la différence » entre discours et actions.

 

 

Michel ANDRE

Gouverneur 2017-2018

District 1620 – ROTARY INTERNATIONAL

email : michel.andre@consulsoc.be  GSM: + 32 475 26 04 18